artiste peintre kokian
Galienni - Artiste Peintre - Online Gallery Abonnez vous à la newsletter Galienni
 

Accueil -Galienni - Artiste Peintre - Online GalleryActus -Galienni - Artiste Peintre - Online GalleryGalerie - Galienni - Artiste Peintre - Online GalleryCollections - Galienni - Artiste Peintre - Online GalleryArtiste - Galienni - Artiste Peintre - Online GalleryBlog - Galienni - Artiste Peintre - Online GalleryAtelier - Galienni - Artiste Peintre - Online GalleryContact - Galienni - Artiste Peintre - Online Gallery

Collection "post-abstraction" pour Milano’s
filet_548_16.gif

Galienni réalise sur commande sa première série de tableaux abstraits pour la chaîne internationale Milano’s, fondé en 1965. La collection habille les murs de l’établissement légendaire de Clichy "Chez Dupont, tout est bon" situé face au Cinéma Wepler, dans sa nouvelle ligne épurée, propre au concept Milano’s.

Pour répondre à l’appel d’offre des établisements Milano’s, Galienni réalise une collection contemporaine de tableaux abstraits, conçus dans l’esprit du lieu. Témoignage de l’artiste.

JPEG - 143.8 ko
Composition abstraite 100x100cm, mur frontal

La collection Milano’s est une révolution dans votre démarche d’artiste, puisqu’il s’agit de vos premiers pas vers l’abstraction. Comment expliquer ce basculement ?

Déjà, il faut remettre cette collection dans son contexte. Il s’agit d’un travail de commande dont la principale contrainte était de créer des oeuvres en phase avec la ligne épurée propre aux établissements milano’s. Je suis donc parti du lieu lui-même pour créer des oeuvres en accord avec la décoration intérieur. La peinture abstraite est une réponse murale à l’architecture intérieure de l’ancienne brasserie et à la ligne contemporaine de la nouvelle enseigne.

Comment avez-vous conçu cette collection en fonction de l’espace intérieur du Milano’s ?

D’abord, je me suis rendu sur place avec mon commanditaire pour définir les formats et les emplacements du tableaux. Je voyais un grand format pour le mur face à l’entrée et quatres petits formats 50x50cm sur le mur d’en face pour épouser la perspective de la première grande salle, relativement grande. Pour le mur de l’entre deux salles où il y a moins de recul, je voulais réaliser une série de neuf petits formats mais au final, j’ai opté pour un 100x100cm en retour du tableau de l’entrée. Pour la salle du fond, il fallait un format panoramique 116x89cm. A l’accrochage, on a interchangé le tableau de l’entre deux avec celui du fond, car dans l’ensemble, ça fonctionnait mieux. J’ai trouvé l’unité de la collection dans les teintes de couleurs qui m’ont inspirés dès mon arrivée sur les lieux.

Votre palette "abstraite" est-elle différente de vos principaux travaux figuratifs ? Le travail de commande a-t-il interféré sur votre palette ?

Pas tant que ça. J’ai focalisé sur des détails de l’architecture intérieur, notamment les soliflores qui posent une touche colorée sur chacune des tables. Je voulais reprendre ses codes couleurs de bleu / orangé / rouge pour définir ma palette Milano’s. Le rôle des tableaux dans la décoration intérieur est de relever la chaleur du lieu tout en s’y intégrant naturellement. Globalement, j’ai utilisé une palette que je définirais de "méditérannéenne", propre à mes influences orientales.

JPEG - 122.7 ko
Composition abstraite 116x89 cm, mur salle du fond

Pouvez-vous faire un commentaire sur vos recherches picturales - sur le travail de fond - par rapport aux contraintes liées à la commande ?

On crée rarement sans contraintes. Le format du tableau où le choix de l’outil de création, à savoir pour ma part le pinceau et le couteau, sont déjà des contraintes en elles-même. J’ai travaillé les 7 tableaux de la commande en parallèle, en les interchangeant sur le chevallet pour être sûr au final d’obtenir un cohérence picturale. C’est le premier point. J’ai aussi beaucoup travaillé avec mon appareil photo numérique et le photo-montage pour voir les tableaux en situation dans le restaurant depuis mon atelier, aux différentes phases de création. J’ai commencé mes recherches sur des tableaux d’essais pour trouver la dimension qui m’interessait dans l’abstraction. Il y a toujours une théorie derrière un travail qui d’apparence semble formel.

JPEG - 111.6 ko
Composition abstraite 100x100cm, mur de l’entre-salle

Que vous a enseigné l’art abstrait, justement ?

J’ai compris une chose qui s’est imposé comme une révélation personnelle et une continuité dans mon travail plastique. Une peinture abstraite c’est comme une émotion, une idée, une vérité qui s’impose à vous. J’ai entrevu ce travail au départ comme si je réalisais un gros plan d’un de mes tableaux figuratifs. Au fond, chacun de mes tableaux, pris dans le détail, est une abstraction. Après un premier travail de recherche sur la tâche, j’ai travaillé l’épuration des formes par des applats de couleurs unies telles que je l’ai pratiquées dans ma série de tableaux de la collection "calligraphie urbaine". Au final, pour moi ces tableaux font figures malgré tout : j’y vois des vues aériennes de notre monde. La théorie qui en découle, pour moi, est que le monde qui nous entoure se nourrit de l’imagerie que nous propose la science et l’industrie. Ce n’est pas un hasard si la peinture impressioniste est née à l’aube du XXe siècle, où l’on découvre l’image dans son mouvement cinématographique. C’est aussi l’époque où les gens commencent à se déplacer par le réseau ferrovière, qui permet de concevoir un paysage en mouvement. Tout cela est lié est se retrouve admirablement bien dans la première oeuvre cinématographique des frères lumières "l’arrivée du train à la gare de la ciotat." Aujourd’hui, au troisième millénaire, on voit le paysage terrestre par voies satellites, de l’image météo à la guerre en Irak. Plastiquement, on retrouve les formes et les couleurs de ce type d’images dans la peinture abstraite. Je crois que représenter cela consciemment m’a aidé à basculer vers l’abstraction, contrairement à mes travaux figuratifs qui représentent la plupart du temps des représentations frontales, comme le portrait, par exemple.

JPEG - 184.5 ko
Composition abstraite mur latéral, double dyptique 50x50cm

A propos de milano’s :

En 1965, Peter Boizot, grand amateur de gastronomie ialienne et passionné d’architecture, décide de créer sa chaîne de restauration en Angleterre. Ce sont des restaurants, où se rassemblent tous les amoureux de l’art et de la gastronomie italienne. Depuis, plus de 200 restaurants ont vu le jour à travers le monde. En France, c’est sous le nom de Milano’s, que le premier restaurant a ouvert à Paris en avril 1998...

Voir le site Milano’s

Les oeuvres de Galienni sont exposés au Milano’s, 10 bis, place de Clichy - 75009 Paris (Mt° Place de Clichy - ligne 13)




  pas de sous-rubriques

Performance inaugurale
Exposition Galienni
Autofiction au Centre
Galienni "décroche"
Festival pocket films
Ventes à Drouot-Richel
Performance à l’
Performance à L’
Galienni en tapisserie
Journée intemporelle
Côte Galienni AKOUN
Galienni ouvre son
Painting “Old
Salon des Arts Paris
Rentrée littéraire
Performance au Banana
Accueil  |   Plan du site  |   Contacter l'artiste  |   Administration
Conception et réalisation : VERY